Présentation

Présentation de la compétence assainissement

La Communauté de Communes des Lacs et Montagnes du Haut Doubs regroupe 32 communes. Sa population évolue suivant les saisons. Elle est principalement liée au tourisme en fonction de la capacité des hôtels, des campings, des gîtes et des chambres d’hôtes.

L’assainissement collectif est présent sur 27 communes. Il permet de collecter, transporter et traiter les effluents de la majeure partie de la population.

Cinq communes relèvent intégralement de l’assainissement autonome (Châtelblanc, Les Crouzet, Les Pontets, Reculfoz, Rondefontaine), ainsi qu’un certain nombre d’habitations éloignées des centre-bourgs. Les propriétaires concernés sont responsables du fonctionnement de leur installation de traitement, et de son entretien régulier.

Pour assurer l’assainissement collectif, la CCLMHD entretient 5 stations de traitement des eaux usées (Jougne, Métabief, Les Longevilles-Mont-d’Or, Gellin et Chapelle des Bois).

Les effluents du collecteur de lac Saint-Point transitent vers la station de traitement de Doubs, par convention avec la Communauté de communes du Grand Pontarlier.

Le linéaire des réseaux d’assainissement est évalué à 350 kms, répartis sur tout le territoire, et majoritairement en séparatif (séparation des eaux usées et des eaux pluviales).

De nombreux ouvrages spécifiques sont nécessaires au bon fonctionnement du réseau, dont 22 postes de refoulement de capacité très variables, 2 bassins d’orages sur les réseaux d’assainissement, 19 déversoirs d’orage et 7 bassins d’orage sur les réseaux d’eaux pluviales.

Sur l’ensemble du réseau, les services techniques d’assainissement de la Communauté de Communes sont confrontés à la problématique des eaux parasites. Sont classées sous la dénomination « eaux parasites » toutes les eaux claires présentes dans le réseau d’assainissement, et susceptibles de provoquer des difficultés pour le fonctionnement (mises en charge, débordements, coûts de fonctionnement, usure prématurée des matériels). Il peut s’agir d’eaux pluviales (grilles de voirie, chéneaux, drains, etc…) et d’eaux permanentes (drains, sources). Cette problématique est lourde de conséquences et affecte l’ensemble de nos réseaux comme pour toutes les collectivités.

Lutter contre ces eaux parasites constitue un travail extrêmement difficile, long et laborieux à mettre en place, où chacun a son rôle à jouer pour préserver l’environnement.

Les missions du serviceassainissement